Randonnée du lac de Monteynard

Dimanche 9 juillet 5h du mat, nous voilà partis de Thonon, Anne Cécile Gilles et moi, pour le massif du Vercors. 3 heures de route pour rejoindre le lac du Monteynard et sa deuxième édition de la randonnée aviron estivale ! C’était la version théorique car le ciel est tout gris et bien chargé… Mais les sportifs ne s’arrêtent pas à ce genre de détail. Tel le Tour de France, nous nous retrouvons tout prêt de La Mure où nous laissons le goudron pour les cyclistes déjà annoncés pour le week end suivant, et nous arrivons enfin à Mayres Savel où nous attendent Geneviève et Dominique. Ils sont arrivés la veille pour profiter de Grenoble sous la canicule de saison. Ca aussi c’était le plan, mais comme nous aimons les rebondissements, nous nous installons à 8h en terrasse, vue sur le lac au milieu d’autres équipages de rameurs pour un petit déjeuner bien mérité… Mais où sont donc nos copains ? Et puis pas de briefing ni d’accueil en vue… Bizarre ! Bref, Anne Cé plus raisonnable nous fera bouger avant le pain au chocolat pourtant attractif pour descendre en bord de lac où l’agitation de pré-départ de randonnée va bon train. Oups, pour une fois que nous avions bien nos clés de 10, Geneviève et Dominique ont fini de préparer la yolette louée sur place.

Décidément, ça promet, il va falloir se rattraper. Après chargement du bateau, mise à l’eau par la plage les pieds dans l’eau. Ben quoi, on fait du sport ou bien ?! 23 équipages au total pour un parcours de 25 km. Les conditions sont quasi idéales, calme plat sur le plan d'eau, température douce mais à peine installés avant le signal de début de course, la pluie s’invite.

Elle sera de la partie la première heure et nous rafraichira jusqu’au barrage de Monteynard où nous faisons demi-tour au pied du village surplombant les falaises de granit. Premier changement de barreur. Le site est vraiment sympa, dommage que le ciel ne soit pas bleu car l’eau est d’un vert turquoise assez étonnant. Tout au long de la ballade du jour, les rives nous dévoilent des petits villages sur le haut des abords du lac, des criques sauvages, des aménagements de clubs nautiques en tout genre et surtout la seconde partie époustouflante de la randonnée … En plus, comme dit Gilles « mais si le soleil arrive ! », le ciel finit par s'ouvrir et la lumière revient pour nous réjouir dans notre traversée des gorges abruptes. Si si des gorges. Nous remontons d’abord l’estuaire de l'Ebron en passant sous la première passerelle vertigineuse dite « himalayenne".

Les randonneurs à pied, coureurs et vététistes passent au-dessus de nous et nous acclament. L’ambiance est toute particulière avec le deuxième demi-tour imposé devant les falaises qui se referment complètement devant nous. Nous revenons donc sur nos traces pour longer les côtes bordées de forêts et virer vers l’autre estuaire en amont de la plage de départ. Partie tout aussi dépaysante et passage sous la seconde passerelle du Drac. Dernier demi-tour et retour jusqu’à la plage de Mayres Savel. Superbe rando ! Après rangement du matos, nous profitons comme tout bon sportif de la « 3ème mi-temps » avec un repas servi à table de très bonne qualité au resto du camping.

Un bon moment convivial entourés de rameurs venus de la France entière. Allez, 15h on se décide pour reprendre la route du retour et éviter si possible les cyclistes du tour de France en étape aujourd’hui à Chambéry, eh oui ils étaient en toile de fond de mon histoire… A très vite sur l’eau.

Christelle

IMG_2829

IMG_2826

IMG_2824

IMG_2820

IMG_2804

Qui est en ligne ?

We have 16 guests and no members online

Accès restreint

Espace réservé aux rédacteurs du CAT